mercredi 12 mars 2008

Les Aventures des Petites Fripouilles


Laurence Parisot est bien gentille, mais un peu soupe-au-lait.

Regardez cette façon qu'elle a eu de porter plainte contre Gautier-Sauvagnac et son pote, qui mettaient en doute ce qu'elle racontait.

Elle exagère.

Si on ne peut plus contredire les gens sans être trainé en justice, il n'y a plus de discussion possible.

Remarquez, on comprend qu'elle soit en colère.

Ils sont là Dewavrin, DGS et Leenhardt, à préciser qu'elle était au courant pour la thune de l'Uimm, puisqu'elle en avait demandé des nouvelles à DGS en mai, ou juin, 2007.

(Ils ne se rappellent plus la date exacte, et c'est assez étrange qu'aucun des trois ne s'en souvienne, puisqu'avec les deux tours de la présidentielle, les deux tours des législatives, et les trois ministres de l'Economie qui se sont succédés à ce moment là, la période ne manquait pas de jalons pour aider à se souvenir.

Mais après tout, c'est leur affaire.

Et peut-être que ça les gêne, de donner une date précise.)

Alors que Laurence se tue à répéter qu'elle en était restée comme deux ronds de flan en apprenant la nouvelle.


En tous cas, c'est sa parole contre celle des trois autres.

Ça va pas être facile pour elle, en justice.

D'un autre côté (et ça plaide en sa faveur), elle n'est pas vraiment seule à n'avoir jamais rien su de ces sommes en liquide que l'Uimm dispatchait.

Son ami, le baron Seillière, n'était pas non plus au courant.

Et le cas de Seillière est encore plus époustouflant que le sien, puisque l'ex-patron du Medef avait aussi été un responsable de l'Uimm..


Ainsi va la vie.

Autrefois, les dirigeants du patronat étaient au courant pour les petites enveloppes. (Gattaz : «... il était de tradition depuis 1884...», etc)

Et puis cette transmission du savoir s'est brusquement interrompue...

Avec l'arrivée d'Ernest-Antoine.

A qui l'on cachait tout.

Et, forcément, ça a été pareil pour Laurence.

Puisque c'était sa copine.

On l'a laissée dans l'ignorance.


Mais le hasard fait bien les choses,

Un beau jour, Tracfin a découvert le pot-aux-roses.

(Tracfin, c'est la DGSE du ministère des finances, qui traque la drogue et le terrorisme).

Et , probablement parce qu'ils le soupçonnaient de financer El-Qaida, les Tracfin-boys se sont intéressés à DGS.

On savait bien, depuis longtemps, que l'Uimm nous cachait quelque chose.

Ça se voyait à leurs airs sournois quand ils croisaient le pauvre Ernest-Antoine dans les couloirs du patronat.

Oui, mais quoi?

C'est justement ce qu'on ne savait plus.

Depuis l'arrivée d'Ernest-antoine, qui n'était au courant de rien, on avait oublié.

Tout s'oublie.

Et principalement, chez les patrons, les histoires d'argent.


Heueueureusement que Tracfin était là!

Ça se passait à l'heureuse époque ou Nicolas sarkozy était le ministre de tutelle de ce corps d'élite.

Nicolas non plus n'était au courant de rien, notez bien.

Son frère Guillaume était à ce moment-là candidat à la présidence du Medef et, nous l'avons vu avec le cas de Seillière et Parisot, on ne peut prétendre à ce poste que lorsqu'on ignore tout de ce qui se passe au Medef.

Alors, même si Nicolas avait eu un soupçon, son frangin, du fond de son ignorance crasse, l'aurait aussitôt enduit d'erreur et détrompé.

Mais Tracfin piste, flaire, renifle, et finit par se mettre à l'arrêt devant le terrier de l'Uimm.


On a beaucoup dit que Nicolas sarkozy avait en 2005 étouffé l'affaire, seulement reprise deux ans plus tard par la courageuse Christine Lagarde, dont l'indépendance à l'égard du Chef de l'Etat n'est plus à démontrer:

...Nicolas Sarkozy, avait demandé à Tracfin d'attendre avant de saisir la justice. Une position conservée après lui par Thierry Breton, et qui n'a été abandonnée que tout récemment, avec l'arrivée de Christine Lagarde à Bercy. (Le Journal du Dimanche du 7 octobre 2007)

Et bien, c'est tout à fait peu probable.

Il est tout à fait peu probable que Tracfin ait été si pressé d'alerter la justice puisque, d'après leur site web, ils transmettent quand


La transmission en justice

Si, à l'issue de la phase d'analyse et d'enrichissement, le service parvient à établir une présomption de blanchiment ou de financement du terrorisme, les faits sont portés à la connaissance du Procureur de la République territorialement compétent. Celui- ci, avec le concours des services de police judiciaire, devra apporter la preuve de l’infraction.

Or, jusqu'à présent, aucune présomption de blanchiment ni de financement du terrorisme n'a pesé sur les épaules de l'Uimm.

Les enquêteurs seraient-ils tombés malgrè tout sur une affaire particulièrement crapuleuse qui leur aurait mis la rage et les aurait fait trépigner d'impatience?

Il se trouve que non.

François Werner (le boss de l'équipe) reconnaît que Tracfin a cherché des faits d'enrichissement personnel: "c'est vrai, mais rien ne nous a permis de constater que c'était le cas. Et tout nous permet de penser le contraire". (AP)

C'est à la longue seulement que Tracfin réalise qu'il y a de quoi transmettre.

Car ils n'avaient pas laissé tomber l'affaire.

Oh que non!

Interrogé sur RTL, François Werner a reconnu une "enquête hors norme", "très longue", dont les pistes ne portent "pas particulièrement" vers l'étranger.

Héééé oui! Anormalement longue (ça explique le retard).

Et là, on peut dire qu'ils ont eu du mérite, puisque leur personnel se limite à 70 fonctionnaires tout compris, et qu'ils ont quand même continué à s'occuper minutieusement d'un dossier qui, si l'on a bien saisi, ne les concernait pas directement (les pistes ne portent "pas particulièrement" vers l'étranger.)

Au bout de trois ans d'enquête acharnée, et ça c'est pas de bol, ils en étaient toujours au même point qu'au premier jour, c'est à dire les retraits en liquide effectués sur le compte de l'Uimm à la BNP.

(C'est, plus tard, l'instruction qui, en quelques semaines, mettra à jours une caisse de 600 millions d'euros, et des détournements de 20 millions sur la période récente).

Mais ça leur avait laissé le temps de réfléchir, car au bout de ce laps "Tracfin a la conviction que l'affaire aura des retombées judiciaires". Une conviction qui ne serait intervenue qu'au printemps 2007. Tracfin aurait alors "laissé passer l'été" pour traiter avec "des équipes ministérielles constituées et en fonctionnement normal". (JDD)

Encore ce grml #,^§! de printemps 2007!

Cette saison maudite où personne ne se souvient, à trois mois près, du moment où surviennent les évènements.

Avant ou après l'élection de Nicolas Sarkozy?

Pas moyen de se rappeler.

C'est bien dommage.

Mais ça n'a aucune importance car, comme dit Werner, l'enquête était suivie par le ministère de tutelle, celui de l'Economie, mais sans faire l'objet de pression ou de blocage. "Aucune à ma connaissance et aucune sur ma personne", a-t-il assuré.

On est bien content d'apprendre que Nicolas n'a pas bloqué l'enquête.

Il ne reste plus qu'à savoir s'il ne l'aurait pas, par hasard, déclanchée.

Genre déterrer un vieux dossier spécialement monté pour l'envoyer un jour à la gueule de DGS.

Et permettre, par exemple, aux banques et à Axa de s'emparer du Medef.

Tout en réformant, à grands coups de latte dans la tronche, la physionomie du paysage syndical français.

C'est ce que nous saurons prochainement.

(à suivre)

6 commentaires:

emcee a dit…

Bonsoir, gg
Quel marigot! Je ne suis pas du tout sûre d'avoir compris tous les tenants et abrutissants, parce que ça me dépasse, mais si l'affaire est sortie, c'est qu'il va y avoir une victime expiatoire et des brouzoufs à se faire, non? 6oo M d'euros de lâchés pour la bonne cause, donc.
Et, arrête-moi si je me trompe, cette histoire de dépénaliser les délits financiers, ça ne pourrait pas avoir un rapport?
Allez, qu'ils continuent à voter pour ces malfrats (je parle des élus, parce que les autres, ils doivent se co-opter, non? Pas de loup dans la bergerie).
Quand je pense qu'ils cherchaient des pous à Besancenot pour un appart dans Paris (évidemment, quand on est de gauche, on doit faire l'effort de dormir sous les ponts), ces pignoufs, alors qu'eux brassent des millions d'euros occultes (Enfin, c'est pas les mêmes, mais c'est la même engeance)
Même pas honte. Ils vont tous sortir blanchis.

Gérard Amate a dit…

Je ne sais pas s'ils sortiront tous blanchis. ça risque de dépendre du bon vouloir de Nicolas.
J'ai fait ce post pour lancer l'hypothèse d'une machination de sa part, qui me parait probable, en tous cas sérieusement envisageable.
Elle ne part pas de la Justice, ni même de la Police.
Elle part de Tracfin, organisme interministériel sous contrôle gouvernemental (Finances, Armée, Intérieur) et tutelle ministérielle (Finances).
Il pouvait (Nicolas) l'enterrer à jamais, sans que ça fasse la moindre vague.
Or, au contraire, dès sa prise de pouvoir, tout s'accélère.
Et bien personne, dans la presse, ne s'en étonne.
Personne ne le dénonce pour ses combines, personne ne le loue pour son impartialité.
On fait comme si ça ne dépendait pas du tout de lui, alors qu'il y est impliqué depuis les origines jusqu'à aujourd'hui.
Pourquoi?
Et surtout (les histoires de pouvoir au sein du patronat sont maintenant évidentes) pourquoi la gauche n'intervient-elle pas en proposant une analyse?
J'ai un peu bossé dessus, il y a quelques réponses à apporter.
Je ne sais pas si je vais continuer. Ce genre de démonstration est chiante à lire, et n'emporte aucune conviction.
Je vais peut-être arrêter les frais.

emcee a dit…

Bonsoir, gg,
J'avais lu ta réponse, mais pas eu le tps de poster entretemps.

"Je ne sais pas si je vais continuer. Ce genre de démonstration est chiante à lire, et n'emporte aucune conviction.
Je vais peut-être arrêter les frais".
Et allez donc! Monsieur baisse les bras aussitôt.
Ce n'est pas parce que j'ai dit que cela me dépassait que cela n'intéresse personne.
Ce n'est pas parce que rezo n'a pas donné signe de vie qu'il faut tomber dans la déprime.
Tu écris bien et tes sujets sont intéressants.
Tu pourrais peut-être aussi aller poster qqs com' sur les blogs frères, question de te faire connaître?
Il y a des millions de blogs sur la netosphère, pourquoi tomberaient-ils sur le tien ou le mien?

Et puis, il faut des gens pour dénoncer ces trafics, même s'ils se perpétuent quand même, les scandales sont vite oubliés, aussi énormes soient-ils.
Le maire de Levallois-P, par exemple, devrait croupir en prison, ou au moins être en train de rembourser jusqu'au dernier centime ce qu'il a piqué dans les caisses des citoyens.
Au lieu de ça, qu'est-ce qui se passe? Une partie de ces citoyens s'en va en procession comme à confesse pour "renouveler sa confiance" à ce type. Un peu comme si on t'avait sauvé la vie après une morsure de vipère et que toi, tu replonges aussitôt la main dans le vivarium.

Quant au PS, pourquoi veux-tu qu'ils bronchent? Ils doivent se trimbaler qqs casseroles, eux aussi, non? Peut-être moindres, mais comme la droite sait brailler plus fort dans ce cas-là, c'est eux qui se retrouvent vite fait sur le banc des accusés.
Alors, ils font les canards.
De plus, ça doit être encore plus craignos depuis que l'autre a fourré son nez partout au ministère de l'intérieur. Je te dis pas les dossiers.
Allez, gg, bonne nuit.
Sweet dreams

Gérard Amate a dit…

Tu me connais comme si tu m'avais fait!
L'autre, en effet, doit avoir des dossiers partout, et pas que les policiers, les financiers aussi.
BHL a sorti, il y a peu (c'était sur France je sais plus quoi, Inter ou Cul) que Sarko n'avait pas de surmoi, qu'il disait directement tout ce qu'il pensait.
Tu connais BHL : il en a dit des conneries, mais celle-là est quand même excellente.
Je crois moins, en tous cas, à la brutale franchise de Nicolas qu'à sa franche brutalité.
Et je le trouve, au contraire, particulièrelent retors, voire pervers.

emcee a dit…

les analyses du "philosophe", bien que péremptoires, vont toutes dans le mauvais sens. Je n'en dirai pas plus. Inutile.
On est bien d'accord, l'autre est un pervers et un fourbe.
Il n'y a qu'à voir le nombre de "cadavres" qu'il laisse au bord de sa route.
Il a même réussi à entourlouper Pasqua, qui n'est pourtant pas et n'a jamais été un agneau de lait.

Voir aussi la pagaille qu'il a mise à Neuilly sur scènes.
Un clip qui fait fureur dans les boîtes branchées de la caillera d'en haut (si tu ne l'as pas vu):
http://www.dailymotion.com/relevance/search/elections+neuilly/video/x4o6il_honte-a-neuilly-le-remix-2008

Et puis, la preuve qu'il aime fourrer son nez dans les affaires des autres (et il est pile poil à la hauteur).
http://www.youtube.com/watch?v=IMjzpUrxaY0&fmt=18

Anonyme a dit…

Conviction..? Hi hi hi !
Merci de poursuivre, ça fait du bien au visiteur;
(Grumeau.)