samedi 13 octobre 2007

Dégueulasse!


Fadela Amara a la révolte chevillée au corps.

Elle s'est d'abord révoltée contre le racisme-FN, avec Touche Pas à Mon Pote que diligentait alors la Mittérandie au pouvoir.

Puis au contraire contre l'islamisme des cités, après le 11 Septembre, en créant Ni Putes Ni Soumises.

Elle s'est récemment affranchie du PS, pour devenir ministre de Sarkozy.

Aujourd'hui, elle exerce sa liberté de parole en combattant l'UMP sur les tests ADN, aux côtés d'oppositionnels bien connus, tels que Balladur, Bayrou, Rafarin, Villepin, et avec la bénédiction du Président Sarkozy.

Fadela Amara a la révolte du côté du manche, cette bonne vieille révolte qui rapporte aux insurgés honneurs (elle est docteur honoris causa de deux universités), gloire (elle fut présidente des Maisons des Potes, avant d'être celle de Ni Putes) et pouvoir (elle est dorénavant secrétaire d'Etat).

Sa trajectoire ne doit rien aux exemples de Ravachol ou de Jules Bonnot.

Chaque fois qu'Amara se révolte, elle en est récompensée par le gouvernement, les institutions, ou le chef de l'Etat.

Elle me fait un peu penser à Bernard.

Kouchner.

En moins classe, tout de même.

Bernard sait parler, Fadela a plus de mal, déjà..

Avec lui, vous pouvez pas vous tromper, ça raconte toujours la même chose : il veut la paix, la paix à tout prix.

Par le bombardement préalable de la Serbie ou de l'Iran (ces chiens ne méritent pas de vivre), et l'encouragement à la guerre civile au Biafra, en Irak, en Tchétchénie (le Pétrole ou la Mort!).

C'est un artiste.

Il a chopé le truc, comment rester à droite sans bouger d'être à gauche, soutenir l'Amérique au nom du socialisme, si vis pacem para bellum, il est partout à la fois, insaisissable et global.

On ne peut pas le coincer.

Et quand on essaie, il remballe tout le monde.

La Tchatche est avec lui (et la télé aussi).

Fadela c'est pas pareil.

Elle n'est pas aussi forte, elle n'y arrive pas aussi facilement que Bernard, elle est moins douée.

Il lui a fallu galérer, pour s'imposer.

Mais elle a fini par trouver la combine.

Avec le beau linge, elle fait la conne qui sait pas sortir, tutoie Christine Boutin devant micros et cameras, et appelle glandouille le chômage de masse dans les cités.

Dans les cités, c'est Madame la ministre, avec des mots longs comme le bras («acteurs sociaux», «secteurs d'activité», «améliorer la moblité», etc...) que personne comprend.

Et ça revient au même.

Elle non plus, personne la coince, ni la Boutin, estomaquée, ni la racaille, impressionnée.

Elle les nique.

Ils ne peuvent rien répondre, puisqu'elle s'adresse à eux dans un langage qu'ils n'emploient pas.

C'est elle le boss, le Messager, le Prophète, tout s'incline à son passage.

Comme Bernard!

Lui c'est «je viens du Ciel», et elle «Je viens d'Ailleurs».

Le talent à l'état pur!

Ça a l'air facile, comme ça, mais c'est pas donné à tout le monde d'y arriver.

Prenez Philippe Val, par exemple.

Il s'était jeté le premier sur le scandale des tests ADN..

Il avait monté une petite pétition, pépère, qui ramassait dru les signatures

Des personnalités de gauche et de droite ont signé une "pétition d'ouverture" lancée mercredi par Charlie Hebdo et SOS-Racisme pour dire "non aux tests ADN". Parmi les premiers signataires figurent notamment François Bayrou (MoDem), les socialistes François Hollande, Laurent Fabius, Ségolène Royal, l'ex-premier ministre UMP Dominique de Villepin, le généticien Axel Kahn, les syndicalistes Bernard Thibault et Jean-Claude Mailly, le footballeur Lilian Thuram, les actrices Isabelle Adjani et Jeanne Moreau. La pétition aurait recueilli plus de 10 000 signatures, selon ses initiateurs.

L'affaire se présentait bien, on sentait venir la déconfiture pour les ayatollahs de l'amendement Mariani :

Le Sénat a voté le 4 octobre une version expurgée de l'amendement controversé autorisant le recours aux tests ADN pour les candidats au regroupement familial introduit par les députés dans le projet de loi sur la maîtrise de l'immigration. Le test facultatif, expérimental pendant 18 mois, a été rendu gratuit, limité à la mère et soumis à l'autorisation d'un juge.

Et même dans ces conditions, l'amendement est menacé d'inconstitutionalité :

Lors de l’examen de ce texte par le Sénat, Hugues Portelli, fer de lance UMP contre le projet de loi avait rappelé : «Cet article n’était pas dans le projet initial, il a été introduit par un amendement de l’un de nos collègues députés [Thierry Mariani, ndlr], son dispositif n’a donc pas été examiné par le Conseil d’État, sa constitutionnalité n’a pas été évaluée.»

Bref, il n'est pas jusqu'au colonel (de réserve) Hortefeux que Mariani ne fasse chier avec ses lubies orwellienes :

Le ministre de l'Immigration, Brice Hortefeux, reproche désormais au député UMP Thierry Mariani, auteur du premier amendement controversé sur les test ADN, d'avoir rajouté "sans concertation" un second texte sur l'hébergement qui a semé la zizanie au sein du gouvernement.

S'il y avait une justice en ce bas monde, c'est à Philippe Val et à sa pétition que reviendrait la gloire d'avoir terrassé l'amendement Mariani.

Et bien pas du tout.

Ça sera Fadela.

Ça ne s'explique pas.

C'est une question d'autorité.

Val, il faut toujours qu'il en fasse des tonnes, sinon personne le croit.

Fadela, c'est comme Kouchner, elle n'a pas besoin d'expliquer.

Ça passe.

Le Prézydent Sarkozy, qui est humaniste de profession, et fin connaisseur de la chose médiatique, donnera probablement raison à Fadela Amara comme aux pétitionnaires amenés par Philippe Val.

Du moment que ça rafle et que ça raflera dans les quartiers, qu'on y fait la chasse à l'enfant, la chasse aux parents, qu'on y traque le miséreux, l'exilé, le sans-papier, le travailleur, le mal blanchi, et que tout le monde est d'accord pour trouver ça bien naturel, tout va bien.

L'honneur est sauf.

C'est pas Charlie Hebdo qui viendra pétitionner contre ces saines mesures d'hygiène sociale.

C'est pas Fadela Amara qui trouvera ça dégueulasse.

(Aux dernières nouvelles, Fadela a affirmé rester au gouvernement, même au cas où l'amendement ADN serait adopté.

Comme quoi, rien ne lui paraît plus dégueulasse que s'en aller du pouvoir.)

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour cet article. Excellent.

Dans l'article de L'Express on trouve à la fin (in cauda venenum) : ""cette jeune femme, spontanée et drôle, qui partage la vie d’un grand patron"...

Cékidon ?

Un certain Henri Proglio, le boss de Veolia (ex-generale des Eaux...), empêtré dans de multiples affaires judiciaires (perquisition au siège Veolia pas plus tard qu'en début de mois), longtemps financier du clan Chirac (HLM de Paris, lycées Ile de France) qui le bombarde à la tête du fromage de la distribution d'eau et du traitement des déchets en 2000, il vire de bord courant 2006 pour apporter son soutien à Sarkozy, drivé déjà par une certaine Rachilda , (à)Dada pour les intimes...

Lors des agapes au Fouquet's Henri fut le seul grand patron à rester fêter ça jusqu'au bout de la nuit, dans une grande discrétion médiatique. Henri a d'excellentes raisons de faire bombance : il vit de l'Etat et de ses dépendances donc voici (au moins) 5 années de vaches grasses...

Quant à ses ennuis judiciaires nul doute qu'avec le garde des sceaux sous sa couette, Henri se meurt d'inquiétude.

Anonyme a dit…

Merci pour cet article. Excellent.

Dans l'article de L'Express on trouve à la fin (in cauda venenum) : ""cette jeune femme, spontanée et drôle, qui partage la vie d’un grand patron"...

Cékidon ?

Un certain Henri Proglio, le boss de Veolia (ex-generale des Eaux...), empêtré dans de multiples affaires judiciaires (perquisition au siège Veolia pas plus tard qu'en début de mois), longtemps financier du clan Chirac (HLM de Paris, lycées Ile de France) qui le bombarde à la tête du fromage de la distribution d'eau et du traitement des déchets en 2000, il vire de bord courant 2006 pour apporter son soutien à Sarkozy, drivé déjà par une certaine Rachilda , (à)Dada pour les intimes...

Lors des agapes au Fouquet's Henri fut le seul grand patron à rester fêter ça jusqu'au bout de la nuit, dans une grande discrétion médiatique. Henri a d'excellentes raisons de faire bombance : il vit de l'Etat et de ses dépendances donc voici (au moins) 5 années de vaches grasses...

Quant à ses ennuis judiciaires nul doute qu'avec le garde des sceaux sous sa couette, Henri se meurt d'inquiétude.

Anonyme a dit…

Ce commentaire (excusez le doublon) était pour l'article sur Dati. J'ai dû me planter qq part... Comme je ne comprends rien à la procédure merci de bien vouloir le mettre à sa place, si vous pouvez. Moi j'y renonce.

raphafou a dit…

carla bruni a participer au concert contre la loi adn

raphafou a dit…

carla bruni a chanter au concert contre la loi adn