lundi 17 novembre 2008

Le Clash Au Congrès De Reims


La scène se passe pendant la Nuit des Négociations.
Ségolène, Martine, Bertrand et Benoit sont autour de la table.

                          Martine Aubry
C'est ce coup-ci que la partie se gagne ou se perd.

                          Bertrand Delanoë
C'est pour ça que je me demande si Martine a du coeur (pour moi).

                          Ségolène Royal
Mais si tu avais fait attention au jeu, tu le saurais que...

                          Martine
Ne te gêne plus, montre lui ton jeu pendant que tu y es.

                         Ségolène  
J'ai rien dit. J'ai pas fait de marchandage.

                         Martine  
Dans une réunion publique, tu serais disqualifiée.

                        Ségolène  
J'en ai fait, des réunions publiques, et j'ai jamais vu une figure comme la tienne, dans les réunions publiques.

                        Delanoë 
Je me demande toujours si Martine a un peu de coeur (pour moi).

                        Martine  
Et je te répète que quand on se décide on ne doit plus marchander, même pour faire plaisir à un ami.

                      Delanoë 
Je fais plaisir à personne, je réfléchis.

                     Martine  
Et bien refléchis en silence.

                    Ségolène  
(elle lui fait des signes)
Elle a raison, t'as pas besoin de parler.

                   Martine  (à Ségolène)
Ah non! non, non.
Et puis je te prie de ne pas te livrer à d'obscures tractations.
Tu ne dois regarder qu'une seule chose : ton programme.
(Ségolène et Delanoë continuent à se faire des mines)
à Delanoë 
Et toi aussi, si tu continues à faire des grimaces, je fous le congrès en l'air et je rentre chez moi.

                Benoit Hamon
Ne vous fachez pas, Martine, ils sont cuits.

                Delanoë 
Moi, je connais très bien les congrès socialistes, et je n'hésiterais pas une seconde si j'avais la certitude que Martine a du coeur (pour moi).
(Ils continuent à se faire des signes)

               Martine  
Regardez-les, ils continuent encore à faire des grimaces!
Tenez, monsieur Hamon, surveillez Delanoe, moi je surveille Ségo.

               Ségolène  
Comment, tu me surveilles comme si j'étais de droite?
Tu me fais ça à moi, une camarade de gouvernement à toi?
Merci.

               Martine  
Je t'ai fait de la peine?

              Ségolène  
Non tu me fais plaisir.
Tu me surveilles comme si j'étais du Modem, une néo-libérale d'inspiration catholique.
Je te remercie.
Tu me fends le coeur.

              Martine  
Allons, Ségo.

              Ségolène  
Y a pas de Ségo!
Tu me fends le coeur.
(à Delanoë, avec insistance)
Tu me fends le coeur.
Tu-me-fends-le-coeur.
Oh! Et alors quoi, nous ne négocions plus, non?
Qu'est-ce qu'on fait?
A moi elle me fend le coeur, à toi elle te fait rien?

              Delanoë (comprenant soudain)
Très bien! Coeur! Je joue les grands coeurs!

               Martine  (à Ségolène)
Est-ce que tu me prends pour une imbécile?
Tu as dit "elle me fend le coeur" pour lui faire comprendre que je n'avais pas de coeur.
Et maintenant, il n'attend plus rien de moi, parbleu!
Tiens, et bien la voilà ta nuit des négociations!
(Elle jette les documents sur la table)
Bayrouiste! Droitière!
Je rentre al Nord et m'présente à l'élection!
Quo te dis, cha fait deux parmidis que t'es née, et t'viens ram'ner ta fraise?
T'croyo qu't'alo s'involer sins ailes?
Ferme t'bouc, t'lingue el s'ra usée, qu'tes bras y s'ront cor tout neufs.
Tu me fends le coeur! Tu me fends le coeur!
(Martine sort pour consulter ses partisans)

                   Ségolène  
Elle a pas l'air contente

                   Delanoë 
Ah non alors.
 
                   Benoit  
Cette fois, je crois qu'elle est fâchée pour de bon.

                  Ségolène  
Alors, elle a eu tort, monsieur Hamon, voilà.

                  Benoit  
Elle a eu tort de se fâcher, mais vous avez tort d'être à droite.

                  Ségolène  
Ecoutez, monsieur Hamon, si on ne peut pas être de droite au Parti Socialiste, ce n'est pas la peine de faire des congrès.

                 Delanoë 
Oui, surtout que c'était bien trouvé, ce que tu as dit.

                Ségolène  
Mais elle a un sale caractère, un caractère impossible.
Allez zou, on fait la dernière?
Et on met le Parti aux enchères pour savoir qui paye les pots cassés?

                Delanoë 
Allez, ça va.
(Ils jouent au partage du pouvoir. Manuel Valls passe puis ressort : il fait des déclarations à la presse)
Dis, Ségolène, qui donc Manuel Valls trompe-t-il en ce moment?

               Ségolène  
Oh, j'en sais rien, on n'en a parlé qu'une fois, vaguement.
J'ai pas insisté, tu comprends.
C'est des choses délicates : il est grand, ce petit.
Seulement, moi je soupçonne qu'il s'agit du PS francilien.

               Delanoë 
Pourquoi?

              Ségolène  
Ils ont eu commes cadres Kouchner et DSK, ça prouve qu'on peut en faire ce que l'on veut. 36!

                Benoit  
Le Front Populaire!
Munich : 38!

               Delanoë 
40!

               Ségolène  
40? Les pleins pouvoirs à Pétain?

               Delanoë 
Oui.

                Ségolène   
Et puis tout le monde sait bien que c'est au PS parisien qu'il y a le plus de cocus. 58 (les pleins pouvoirs à de Gaulle)!

               Delanoë 
Comment?

                 Ségolène   
Je dis : et puis tout le monde sait bien que c'est au PS parisien qu'il y a le plus de cocus.
58! T'entends? 58!

                Delanoë 
Bon!
(Il se lève)

                Ségolène  
Tu as froid? Tu mets la veste?
(à Benoit)
Qu'est-ce que vous lui avez fait?
Ah! C'est parce que j'ai dit qu'au PS parisien...
Oh, je t'ai fait de la peine, je te demande pardon, mon vieux.

               Delanoë 
A qui tu demandes pardon?
Au parisien ou au cocu?

               Ségolène  
A tous les deux.

                Delanoë 
Et tu crois qu'il suffit de s'excuser en souriant?

                Ségolène  
Je t'en prie, Bertrand, ne te fâche pas, voyons!
Je sais bien que si tu es cocu, c'est pas de ta faute.
Mais enfin, tout le monde le sait que tu es cocu, c'est pas un mystère.

                 Delanoë 
Monsieur Hamon ne le savait pas.

                 Ségolène  
C'est lui qui me l'a dit.
Et puis ici au congrès, quand on parle d'un cocu, on dit Bertrand Delanoé.

                 Delanoë 
Oui. Et bien que je sois cocu, ça ne te regarde pas, mais je te défends d'insulter le PS parisien.
Après la phrase que tu viens de prononcer, je ne puis plus faire d'alliance avec toi.

                Ségolène  
Ecoute, Bertrand...

                Delanoë 
Je n'écoute rien.
Je me présenterai ici demain matin pour recevoir tes excuses.
Au revoir, monsieur Hamon.

                Benoit  
Allons, monsieur le maire...

                Ségolène  
Tu veux des excuses? Je te les fais tout de suite.

                Delanoë 
Non. J'exige des excuses réfléchies.
Il faut que tu te rendes compte de la gravité de ce que tu as dis.

                  Ségolène  
Ecoute, Bertrand, sois pas bête par dessus le marché.
C'est des paroles en l'air, voyons, je n'ai pas l'intention d'insulter le PS parisien.
Mais je l'admire, le PS parisien, mais je l'aime!

                   Delanoë 
Il se peut que tu aimes le PS parisien, mais le PS parisien te dit merde.
(Il sort).

                  Ségolène  
C'est pas gentil ce qu'ils vous ont fait.

                  Benoit  
A moi?

                   Ségolène  
OUi, à vous. Ils se sont arrangés pour vous faire payer les pots cassés.

                   Benoit  
Pardon, pour nous faire payer les pots cassés.

                  Ségolène  
Ah oui, c'est vrai. Nous jouions à l'opposition droite-gauche, vous contre moi.
Et bien je vous les fait à l'écartée.

                 Benoit  
Il est bien tard.

                Ségolène  
C'est vite fait, l'écartée.
Nous n'avons jamais joué à l'écartée ensemble, tous les deux.
Allez, asseyez-vous, monsieur Hamon.
Coupez (avec le capitalisme)
Je distribue, et regardez : royale, je tourne le roi.
Et là encore : royal, royal.
Saluez.

               Benoit  
Royal? Encore?

                Ségolène  
Que le PS vire à droite ou à gauche, je sors Royal première secrétaire à tous les coups.

                 Benoit  
ça pourrait sembler singulier.

                 Ségolène  
Oh, c'est pas singulier, mais c'est difficile.

                 Benoit  
Vous avouez que vous êtes de droite?

                  Ségolène  
Oui je suis de droite, mais comme vous n'êtes pas plus de gauche que moi, le coup est régulier.

                   Benoit  
Dans ces conditions-là, j'aime mieux payer tout de suite et me présenter à l'élection, quitte à passer pour un diviseur du PS.

                  Ségolène  
Comme vous voudrez, monsieur Hamon.

4 commentaires:

GILLINOUI a dit…

Bravo, c'est intelligemment drôle et drôlement intelligent!

http://gillinoui.blogspot.com/

cpolitic a dit…

là franchement, purement excellent!

Gérard Amate a dit…

Merci, ça fait plaisir.

Benj a dit…

J'arrive un peu tard, mais c'est excelllllent!