mercredi 14 février 2007

Heure d'été


Tu aimes les complications, moi pas

Ainsi notre dernier rendez-vous

Tu avais eu une drôle d'idée : ce fut

Une rencontre à deux heures la nuit de l'heure d'été

J'avais attendu ce moment depuis si longtemps

J'étais maintenant seul au bar alors que

La pendule faisait son tic-tac infernal

J’espérais tellement que tu viennes

A deux heures du matin!

L'horloge a sonné directement trois fois

L'horloge a sonné directement trois fois

A deux heures du matin!

J’espérais tellement que tu viennes

La pendule faisait son tic-tac infernal

J'étais maintenant seul au bar alors que

J'avais attendu ce moment depuis si longtemps

Une rencontre à deux heures la nuit de l'heure d'été

Tu avais eu une drôle d'idée : ce fut

Ainsi notre dernier rendez-vous

Tu aimes les complications, moi pas

2 commentaires:

Hélène Larrivé a dit…

Mais c'est la vie qui est compliquée, pas les gens. Le romanesque est compliqué, mais si délicieux. Le pas-compliqué est d'un chiant! Le pas-compliqué, c'est de travailler dans la boîte de papa-maman et d'épouser sa cousine Jeanne. D'ailleurs, c'est simple, RV le 20 à 11 heures au bord ... mettons du Grabieux, non, faut pas exagérer tout de même, mettons, du Gardon D'Anduze, sur le pont noyé. En cas d'innondation, sur le bord le plus sec. Ca c'est du palindromique romanesque et tout et tout...

Hélène Larrivé a dit…

Tu n'étais pas au bord du Gardon. J'ai toujours su que personne ne m'aimait vraiment. Car j'avais donné le même rendez-vous à d'autres et je croyais qu'il y aurait une petite foule. Tant pis.